AccueilWLT AwardsTomic, le cerveau de plomb

Tomic, le cerveau de plomb

-

Est‐il le favori ultime ? Celui qui a fourni le plus d’ef­forts pour aller gratter de ses ongles acérés le plomb de notre trophée ? Le bonhomme est telle­ment fort qu’on aurait physi­que­ment peur de lui remettre la chose, tant on sait qu’il est capable d’en faire n’im­porte quoi. Nous voulons parler bien sûr de la terreur du tennis moderne, du plus barré des joueurs actuels et, parce que des fois il veut bien le démon­trer, de l’un des plus talen­tueux de sa géné­ra­tion : Bernard Tomic.

Vaste programme que d’es­sayer d’aborder ce sujet tant il comporte autant de lignes qu’un casier judi­ciaire multi‐récidiviste. Bernard Tomic, c’est un jeune de son âge. Un garçon un peu fou, qui aime s’amuser. Trop peut‐être. A tel point que ce sont de ses perfor­mances nocturnes dont on parle le plus. Virées multiples en boîte, danger ambu­lant au volant d’une voiture, castagne… Bernie passe son temps à truster les Unes des maga­zines un peu trash et people plutôt que celles, plus hono­rables, de feuilles tennis­tiques de qualité telles que.. mmmh… au hasard disons GrandChelem. Son entou­rage ne joue pas forcé­ment en sa faveur. On se demande d’ailleurs s’il n’est pas la cause prin­ci­pale du carac­tère sulfu­reux du gamin quand on voit de quoi est capable padre John (demandez à Thomas Drouet).

Cette constance dans la délin­quance s’est doublée cette année d’une régu­la­rité assez impres­sion­nante dans la médio­crité. Avec le talent qu’il possède, Tomic pour­rait prétendre à s’im­poser natu­rel­le­ment dans le top 20 jusqu’à attendre son heure. Mais non. C’est visi­ble­ment trop embê­tant pour l’Australien qui, depuis son plus haut clas­se­ment atteint en 2012 (27e), ne cesse de stagner, voire de régresser. Son titre à Sydney en début d’année est l’arbre qui cache la forêt. En dehors de ça, il n’a pas fait mieux que deux quarts de finale à Marseille et Eastbourne puis un huitième à Wimbledon. Le reste du temps, ce sont des premiers et des deuxièmes tours qui se sont inlas­sa­ble­ment enchaînés, Bernard présen­tant un bilan de 23 victoires pour 23 défaites en 2013 tout confondu. Un bilan vrai­ment mitigé pour le plus jeune vain­queur de l’his­toire d’un tournoi du Grand Chelem junior. On en vient presque parfois à ne pas avoir de regrets de voir son talent gâché comme cela tant il fait tout pour. Dommage.


LA RAQUETTE DE PLOMB MASCULINE DE L’ANNEE : RENDEZ‐VOUS A 19h00 POUR VOTER !

Raquette de Plomb : votez ! (WTA)

Votez encore pour la Raquette de Platine 2013, ici !

C’est Noël sur Kdotennis.com !
De 29 euros à 89 euros, frais de port compris, les packs Noël sont main­te­nant disponibles

Enfin de vraies belles idées pour faire plaisir aux passionnés de la petite balle jaune
= > Attention durée limitée

Instagram
Twitter