Accueil Roland Garros Djokovic, pour­quoi tant de haine ?

Djokovic, pourquoi tant de haine ?

-

Hier, à peine les 5 pre­miers jeux du pre­mier set ter­mi­nés et mon télé­phone com­men­ça à vibrer sans cesse. Mais quel honte ! Toujours pareil avec le Serbe ! C’est quoi ce comé­dien ! Il ne devra pas être numé­ro 1 mon­dial ! etc etc etc, un flot de cri­tiques irra­tion­nelles alors même que Novak Djokovic avait eu le tou­pet de ne pas démar­rer le match à 100km/h, d’être ren­tré sur le court avec un fou­lard autour du cou et d’a­voir un emplâtre posé sur ses cervicales. 

Pire, à un chan­ge­ment de côté, il se per­met­tait même de taper sur son bras gauche visi­ble­ment engour­di. L’image d’ailleurs a vite agi­té le web per­met­tant aux anti‐Djoko de se lâcher vraiment.

Or, l’in­ci­dent ne mérite pas tant de haine. 

En tant que joueur de ten­nis, nous avons tous vécu ce type de moment où l’on démarre un match, pas à l’aise, lent, pas en forme, meur­tri peut‐être par les tours pré­cé­dents, res­sen­tant des dou­leurs mus­cu­laires. Une gêne qui au fur et à mesure du duel et de son inten­si­té s’es­tompe. C’est du grand classique.

Après, il y a ceux qui effec­ti­ve­ment le cachent, ceux qui ne le laissent pas trans­pa­raître et il y a Djokovic qui en fait un peu trop. 

Mais j’ai aus­si envie de dire que Carreno Busta a eu sa chance et qu’il aurait pu à ce moment là tuer la « bête », ce qu’il n’est pas par­ve­nu à faire.

Alors, on peut insul­ter Djoko et le trai­ter de tous les noms, la réa­li­té de ce sport c’est encore les résul­tats, le pal­ma­rès, et bien sûr l’attitude.

Or Rafa ne sera jamais Djokovic et Djokovic ne sera jamais Federer et vice ver­sa, cela ne chan­ge­ra jamais.

Il reste que ces trois joueurs sont des ambas­sa­deurs incroyables de notre sport pré­fé­ré, et rien que pour cela, ils méritent tous les trois le respect.….

Instagram
Twitter