AccueilWTASteve Simon, PDG de la WTA : "J'ai beaucoup de mal à...

Steve Simon, PDG de la WTA : « J’ai beaucoup de mal à croire que Peng Shuai a écrit ce mail »

-

Steve Simon ne se défile pas et c’est tout à son honneur.

Quelques minutes seule­ment après la publi­ca­tion d’un mail attribué à la joueuse chinoise Peng Shuai, la WTA, par la voix de son président, a immé­dia­te­ment réagi avec un commu­niqué remet­tant sérieu­se­ment en doute la véra­cité de ce cour­rier électronique. 

« La décla­ra­tion publiée aujourd’hui par les médias d’État chinois concer­nant Peng Shuai ne fait qu’ac­croître mes inquié­tudes quant à sa sécu­rité et à l’en­droit où elle se trouve.
J’ai du mal à croire que Peng Shuai a réel­le­ment écrit ce mail que nous avons reçu ou qu’elle croit ce qu’on lui attribue. Peng Shuai a fait preuve d’un courage incroyable en décri­vant une allé­ga­tion d’agres­sion sexuelle contre un ancien haut fonc­tion­naire du gouver­ne­ment chinois. La WTA et le reste du monde ont besoin de preuves indé­pen­dantes et véri­fiables qu’elle est en sécu­rité. J’ai essayé à plusieurs reprises de la joindre par de nombreux moyens de commu­ni­ca­tion, en vain.
Peng Shuai doit être auto­risée à s’ex­primer libre­ment, sans coer­ci­tion ni inti­mi­da­tion d’au­cune sorte. Ses allé­ga­tions d’agres­sion sexuelle doivent être respec­tées et faire l’objet d’une enquête en toute trans­pa­rence et sans censure.
La voix des femmes doit être entendue et respectée, et non censurée ou dictée. »
, a écrit un Steve Simon visi­ble­ment très inquiet pour le sort de l’ac­tuelle 287e mondiale. 

Rappelons que les enga­ge­ments commer­ciaux entre la WTA et la Chine sont très impor­tants et que cette décla­ra­tion, qu’on peut quali­fier d’of­fen­sive, pour­rait sérieu­se­ment remettre en ques­tion ces accords. 

Instagram
Twitter