AccueilWTAWTA - IstanbulAzarenka a eu chaud !

Azarenka a eu chaud !

-

Victoria Azarenka remporte son premier match au Masters d’Istanbul. La Biélorusse bat Sara Errani 7–6(4) 6–2, en 2h14.

Le service, ce n’est toujours pas ça. Cette réflexion a peut‐être traversé l’es­prit de Victoria Azarenka au cours de la rencontre ou à la fin du match, malgré la joie et un soula­ge­ment certain. Car, opposée à Sara Errani au Masters d’Istanbul, la Biélorusse a encore failli payer cher ses erre­ments dans ce secteur du jeu. A l’US Open, déjà, elle avait brillé par son incons­tance, avec des deuxièmes balles très médiocres et une première irré­gu­lière. Aujourd’hui, elle a réci­divé durant la première manche. 

Face à une adver­saire dont l’en­ga­ge­ment est peut‐être l’un des plus faibles du top 100, Vika s’est retrouvée menée… 5–2. Des jeux accro­chés, de plus de dix minutes, un peu de malchance, une Errani démen­tant sa mauvaise passe actuelle. Ajoutez à cela dix balles de break concé­dées, 56% de première et seule­ment 37% de points inscrits sur deuxième, et vous avez la recette pour une belle surprise dans le tournoi des reines du circuit. Mais voilà, Azarenka, c’est aussi un état d’es­prit, une rage de vaincre. La numéro deux mondiale s’ac­croche, revient, profite de quelques erreurs adverses. Avant de l’emporter 7–6(4) au terme d’un set qui restera comme l’un des plus longs de l’année et parmi les plus longs de l’his­toire. 1h29.

Un set d’1h29 !

Une heure et 29 minutes qui laissent forcé­ment des traces : dans le deuxième set, rapi­de­ment, Sara Errani se plaint du mollet. Avec cette baisse physique et l’avan­tage psycho­lo­gique d’un set remporté aux forceps, Victoria Azarenka redresse la barre. Poussive quelques minutes avant, elle devient brillante par moments et, surtout, retrouve un niveau plus conforme aux stan­dards de sa posi­tion… au service. C’est toute la diffé­rence. Sur son enga­ge­ment, dans ce deuxième exer­cice, Vika passe 71% de premières balles, rempor­tant 65% des points derrière et 62% suite à ses deuxièmes. Certes, Errani a proba­ble­ment moins bien relancé, mais la protégée de Sam Sumyk peut aussi se satis­faire de ses 51 points gagnants pour une tren­taine de fautes directes. Au final, elle s’en­vole et conclut la rencontre 7–6(4) 6–2 en 2h14. 

Le job est fait, l’es­sen­tiel assuré, les leçons tirées. Malgré un match qui l’aura vue sous toutes ses facettes, les pires comme les meilleures, Vika prend la tête du groupe blanc, en atten­dant que Na Li et Jelena Jankovic n’en décousent. Ne lui reste qu’à rentrer dans sa chambre d’hôtel, se reposer et profiter… du room service.

RAFA, MON AMOUR

Le livre « Rafa, mon amour » est dispo­nible en pré‐réservation.

112 pages pour décou­vrir l’uni­vers de Rafael Nadal, son mythe, sa légende et des témoi­gnages exclu­sifs à décou­vrir très vite dans cet ouvrage réalisé par la rédac­tion de Welovetennis. N’attendez plus !

Article précédentGuillermo Coria, El Mago…
Article suivantA vos pronos !