Accueil ATP ATP – Rome Monfils : « J’ai envie de bien faire, trop peut‐être »

Monfils : « J’ai envie de bien faire, trop peut‐être »

-

On ne va pas déja tirer sur l’am­bu­lance mais force est de consta­ter que Gaël Monfils semble être arri­vé à Rome peu pré­pa­ré. Vu le niveau pro­po­sé, on penche plu­tôt pour cette explication. 

Le Tricolore pré­fère lui avan­cer l’i­dée du stress :  » Je n’ai jamais bien joué sur ce tour­noi. Je le sais. Je le res­sens. Je ne suis pas bien, là, c’é­tait tel­le­ment mau­vais. Cela fait deux jours que je res­sens du stress pour­tant j’ai envie de bien faire, trop peut‐être. Premier point du match, je fais un ace à 212 km/h... sur deuxième balle ! Ce n’est que du stress. Je sens pas mes frappes, mes coups ne partent pas, je suis loin, je n’ar­rive à rien, je subis. C’est très étrange, dès que j’ar­rive ici, ça ne le fait pas. ».

On aime beau­coup la « Monf » mais le coup de la panne men­tale et non « élec­trique » est un refrain régu­lier pour expli­quer une per­for­mance indigne de son niveau et de ses ambitions. 

D’autant plus que son adver­saire du jour, le « ter­rible alle­mand » Dominik Köpfer, 97ème à l’ATP pré­sen­tait un pal­ma­rès « ridi­cule » sur terre avant d’ar­ri­ver à Rome.

Instagram
Twitter