Accueil Open d’Australie Monfils ana­lyse son échec

Monfils analyse son échec

-

Eliminé par John Isner au 3ème tour de l’Open d’Australie, Gaël Monfils est reve­nu sur cette défaite déce­vante (6/1 46 7/6[4] 7/6[5]).


« Voilà j’ai per­du, c’est chiant… (Silence) Mais voi­là, c’est une défaite. Un match comme j’aime pas du tout, il n’y a pas eu de rythme, j’ai eu quelques occa­sions que je n’ai pas pu sai­sir mais j’ai fait ce que j’a­vais à faire et John a été plus fort que moi aujourd’­hui. Donc bra­vo à lui. Quand le mec il sert à 223km/h, il n’y a pas beau­coup de chances que je la touche, il a bien ser­vi, il a bien géré lors des moments impor­tants et a été plus fort que moi à ces moments là donc… Bravo à lui encore une fois. Et c’est dom­mage parce que dans le 3ème set, j’a­vais le break mais je fais un mau­vais point à 15A ou 15–30, je ne sais plus, je tente un coup droit déses­pé­ré en appuis arrière. Et je pense que là ça aurait pu faire bas­cu­ler le match. Mais bon, John a bien su jouer ce jeu aus­si. J’ai fait une double‐faute, der­rière il fait un bon retour. Ca se passe sur un point. Mais bon après, lui aus­si menait un set un break et j’ai réus­si à reve­nir pour gagner le 2ème set donc sim­ple­ment, il a mieux géré les moments impor­tants.

Sur le plan tech­nique, il y a un truc qui n’est pas facile, c’est quand j’é­tais un peu pris sur mon revers, je vou­lais la lif­ter un peu plus haute croi­sée, et bien lui, ça lui arrive à hau­teur de hanche. Alors que contre un adver­saire plus petit, ça le gêne­rait un peu plus. Tandis que là, c’est soit un win­ner soit une faute. Et puis aujourd’­hui il a bien joué, je pense qu’il a vrai­ment pro­gres­sé du fond de court, il la met plus dedans. Sa balle elle est bizarre parce qu’elle est vrai­ment lourde et on a du mal à le neu­tra­li­ser. Je pense que j’ai fait un match cor­rect, j’au­rais pu être meilleur sur cer­taines choses mais je ne crois pas avoir fait un match dégueu­lasse. Je pense aus­si que ce sont des matches un peu plus dur pour moi phy­si­que­ment parce que je suis tout le temps dans le rouge, je suis tout le temps en explo­si­vi­té. Alors d’ac­cord je suis explo­sif mais j’aime bien aus­si avoir des longs échanges, avec de grandes enjam­bées. Physiquement je puise moins sur des matches en ral­lies gauche droite que sur des matches où je suis tou­jours en accélération. »

Instagram
Twitter