AccueilUS OpenLa frustration de Julie Coin

La frustration de Julie Coin

-

Julie Coin s’est arrêtée au deuxième tour de l’US Open, battue 6–4, 7–6(3) par Nadia Petrova. La Française, présente au troi­sième tour l’an dernier après avoir sorti Ana Ivanovic, s’ar­rête donc plus tôt cette année, après un match qui lui laisse des regrets car la Russe était prenable. Sur le site de la FFT, la Française a raconté son match et ses frustrations.

Quid de de match ?
Lors de la première manche, je reviens à 4–4, après je fais deux mauvais jeux, et je perds le premier set là‐dessus. Le deuxième, j’ai deux balles de set, dont une où je mets un coup droit dans le filet. C’est assez frus­trant, j’ai été un peu crispée tout le match, je n’ai pas très bien servi. Il aurait juste fallu un meilleur pour­cen­tage de premières balles, un petit peu moins de fautes et ça serait passé. Elle n’était vrai­ment pas bien, pas en confiance. Elle faisait pas mal de fautes, surtout en coup droit. J’espère qu’Alizé va gagner et qu’elle la battra derrière. (NDLR : Alizé Cornet s’est fina­le­ment inclinée 1–6, 6–3, 6–3 contre Jie Zheng.)

Le senti­ment domi­nant : de l’aga­ce­ment, de la frus­tra­tion, de l’énervement ?
Un peu de tout. Il y a de la décep­tion. Je me frus­trais énor­mé­ment sur le terrain. J’avais vrai­ment envie de casser ma raquette sur le terrain, mais il fallait que je me contrôle. C’est resté à l’intérieur et à certains moments c’est pire que tout. Je ne vois pas ce que j’aurais pu faire d’autre pour me décoincer.

Pourquoi ce manque de relâchement ?
j’ai vu qu’il y avait la place aujourd’hui, et ça m’a crispé un peu. C’est frus­trant, parce que je ne m’amuse pas dans cet état, j’avais les nerfs très à vif. Ça me touchait dès que je marquais un point, où dès que ça n’allait pas dans mon sens. Je me suis battu contre elle et contre moi‐même. Ce n’était pas évident.