Accueil ATP Loïc Courteau : « Pour Lucas (Pouille), il faut bos­ser, bos­ser, bosser »

Loïc Courteau : « Pour Lucas (Pouille), il faut bosser, bosser, bosser »

-

Entraîneur de Lucas Pouille aux côtés d’Amélie Mauresmo, Loic Courteau a dres­sé pour L’Équipe un pre­mier constat du niveau de jeu de son pou­lain qui vient de décla­rer for­fait pour la fin de sai­son suite à un pro­blème au coude. Selon lui, la confiance est le prin­ci­pal res­pon­sable des résul­tats moyens du Nordiste et sait qu’il doit encore tra­vailler pour res­ter au plus haut niveau :

« Lucas a fait une demie en Grand Chelem et plein d’autres très bons résultats dans sa carrière »

« Je dirais que la confiance lui amène le plan B. Je veux dire par là que son jeu doit être plus constant. Cette constance, il l’a avec la confiance. En Australie, il contrô­lait son jeu, il ne frap­pait pas sur tout. Il maî­tri­sait. Quand il n’est pas en confiance, il ne maî­trise pas son jeu, les points impor­tants… On a essayé de bos­ser là‐dessus. Ce n’est pas encore acquis. Ce n’est pas encore suf­fi­sant aujourd’­hui. C’est le bou­lot que l’on doit encore faire. Lucas a fait une demie en Grand Chelem et plein d’autres très bons résul­tats dans sa car­rière. Ça veut dire qu’il n’a pas fait un coup par hasard. Il a du poten­tiel pour le refaire. À un moment ou à un autre, s’il est bien dans son truc, il n’y a pas de rai­son. De toute façon, il faut bos­ser, bos­ser, bos­ser. Il faut évi­ter ces trous d’air, qui, comme a pu le dire Amélie (Mauresmo), sont par­fois liés à l’é­mo­ti­vi­té ou la frus­tra­tion. Il doit y en avoir beau­coup moins. Il vient de se marier, les pla­nètes com­mencent à s’a­li­gner, il va de mieux en mieux dans sa vie. »

Article pré­cé­dentOstapenko, l’effet Bartoli ?
Article sui­vantMannarino retourne en finale
Instagram
Twitter