Accueil Le blog de la rédac' Roger Federer : "C'est dingue cette histoire"

Roger Federer : « C’est dingue cette histoire »

-

Pour la sortie du livre « Roger mon Amour », nous avions décidé d’aller à la rencontre du Suisse sur ses terres à Bâle. Pour ne pas l’importuner, nous avions visé le début du tournoi quand lors de sa conférence de presse d’après premier tour, Roger serait cool, prêt à plaisanter. Au final, nous n’avons pas raté notre coup. Le petit entretien que nous avions parvenu à installer était un vrai prétexte pour promouvoir notre « bouquin » dans le numéro 31 en décembre 2012 de notre magazine.

Roger, je vais te poser une question qui n’a absolument rien à voir avec ton match d’aujourd’hui. Nous sommes allés sur tes traces, il y a quelques semaines et donc, dans ton ancien club, le Old Boys Tennis Club de Bâle. Tu sais que c’est devenu un lieu de pèlerinage ?
(Sourire) Comment ça, un lieu de pèlerinage ?

En fait, on nous a expliqué qu’il y a des bus de Japonais et de Chinois qui viennent, et que, chaque jour, on y croise des fans du monde entier…
C’est plutôt gratifiant, c’est un peu comme Hollywood, alors (rires).

Oh, je ne peux pas te dire qu’il y a foule non plus, mais ca arrive quelques fois. En fait, ils veulent tous voir les courts où tu as grandi…
Et bien, ils ont encore de la chance d’avoir ceux du Old Boys à se mettre sous la dent, car les deux autres clubs ont été rasés. J’ai l’impression que personne ne veut conserver les courts où j’ai appris à jouer au tennis (rires). Je me demande vraiment si, en Suisse, on veut voir apparaître un nouveau Federer (rires) ! Plus sérieusement, le Old Boys a beaucoup compté pour moi. C’est là-bas que j’ai commencé à m’aguerrir et à devenir un vrai joueur de tennis. C’est drôle que vous y soyez allés !

Pour te dire la vérité, on ne s’est pas contentés d’y aller pour y faire du tourisme..
C’est à dire, là tu m’inquiètes ?

(Sourire) On voulait jouer sur ton court, celui qui porte ton nom !
Bonne idée ! Ca m’intéresse, continue…

En fait, j’ai joué contre l’une de mes journalistes et on a vécu un super moment…
Pourquoi ?

Tu sais, je ne suis pas un très grand joueur, mais je suis parvenu à faire ton tweener ! Pas aussi parfaitement que toi, évidemment, mais j’ai quand même marqué le point
(Rire) C’est dingue cette histoire !

Je t’avoue que j’étais assez fier de réussir ça sur le Roger Federer Centre Court !
L’essentiel, c’est que mon court t’ait inspiré ce coup (rires). Le tweener, c’est un truc vraiment magique, bravo.

Instagram
Twitter