AccueilWimbledonFederer : « Je suis heureux d’être ici »

Federer : « Je suis heureux d’être ici »

-

Roger Federer a franchi le cap du deuxième tour à Wimbledon avec succès hier, contre Gilles Muller. Le Suisse est revenu en conférence de presse sur cette belle et large victoire. 

Un match bien négocié

« Je suis très heureux du match aujourd’hui, car j’ai connu quelques problèmes, notam­ment au milieu du deuxième set. Et l’in­ter­rup­tion du match a cause de la pluie était un peu pertur­bante. Contre des joueurs comme Muller, tu es très dépen­dant de ton service et de ton retour. C’était impor­tant de rester agressif aujourd’hui et c’est ce qui m’a permis de l’emporter. Je suis heureux d’être ici, je suis heureux du match aujourd’hui, parce que je savais qu’il allait être diffi­cile. Cela s’est vu notam­ment au milieu du deuxième set, où pendant plusieurs jeux d’af­filée, je n’ai presque pas existé sur son service. »

Un adver­saire diffi­cile à aborder

« Contre un joueur comme Gilles Muller, tu es très dépen­dant de ton service et de tes balles en retour, car il frappe fort et sur les lignes. Tu ne peux pas changer grand chose contre un joueur comme lui, qui est un gros serveur. »

A propos de l’ins­tal­la­tion du toit en cours de match (pour cause de pluie)

« Aujourd’hui, je pense que c’était plus frais, avec le toit qui était ouvert. Il n’y avait pas de vent. Cela nous mettait sur un pied d’éga­lité. Mais au niveau tactique, je n’ai rien changé entre avant et après (le toit a été installé à cause de la pluie au milieu du deuxième set). Cela n’a pas eu d’in­fluence. Mais l’in­ter­rup­tion pour la pluie a changé beau­coup de choses. Je suis rentré au vestiaire et quand je suis revenu, j’avais les idées plus claires sur la façon de bien revenir dans la partie. »

A chaque fois que Federer a battu Muller, il a remporté le titre dans la foulée…

« Ah vrai­ment ? (rires) Vous êtes sûr ? je vais véri­fier, je suis heureux de l’en­tendre. Je suis sans voix. »

A propos du temps passé par les joueurs au service

« C’est impor­tant que nous, les joueurs, jouions plus vite et ne dépas­sions pas le temps limite (20 secondes pour servir en Grand Chelem). Je ne veux pas que nous perdions des télé­spec­ta­teurs parce que nous sommes trop lents. Il faut garder le bon rythme et jouer selon les règles. Les règles sont là pour être respec­tées, mais il faut bien sûr laisser une marge (de récu­pé­ra­tion) lorsque les échanges sont longs. »

Wimbledon est un moment clé de la saison, raison de plus pour s’équiper rapidement…

Instagram
Twitter