AccueilEconomieJean Luc Aznavorian (Yonex) : « La nouvelle V-Core a été...

Jean Luc Aznavorian (Yonex) : « La nouvelle V‑Core a été adoptée et plébiscitée par Denis Shapovalov »

-

La sortie d’un nouveau modèle dans une gamme impor­tante pour une marque est toujours un vrai événe­ment. Le direc­teur commer­cial de Yonex France, Jean‐Luc Aznavorian revient pour nous sur celui de la nouvelle V‑Core dispo­nible depuis vendredi.

La V‑Core est une modèle phare au sein de la gamme Yonex, ce lance­ment est donc un moment impor­tant pour la marque ?
Oui, je vous le confirme. La V‑Core est l’un des fers de lance aux cotés de la E‑Zone. Cette raquette est aussi utilisée par des athlètes qui comptent comme Denis Shapovalov, Angelique Kerber, Caroline Garcia, Fiona Ferro. Elle repré­sente près de 40%  des volumes chez nous. Au fil du temps la V‑Core s’est imposée auprès d’une commu­nauté de joueurs qui veulent de la nervo­sité et opti­miser leur top spin. Tous les deux ans, les modèles se réin­ventent sans perdre leurs qualités intrinsèques.

Vous voulez dire que la nouvelle version qui est sortie vendredi a des spéci­fi­cités bien diffé­rente de la dernière et qu’il ne s’agit pas de cosmé­tique ?
Nous gardons le même ADN que les versions précé­dentes mais effec­ti­ve­ment le dépar­te­ment de recherche et déve­lop­pe­ment a cherché à faire évoluer la V‑Core. Deux axes ont été déve­loppés. D’abord un carbone spécial a été intégré dans le cœur du cadre pour plus de réac­ti­vité et de sensa­tion à l’im­pact. Enfin en tête de raquette, les joncs ont été façonnés à l’in­té­rieur du cadre pour plus d’aé­ro­dy­na­nisme et de flexi­bi­lité. Ces deux nouveautés améliorent encore le rende­ment du cadre. D’ailleurs, cette nouvelle V‑Core a tout de suite été adoptée et plébis­citée par Shapovalov qui jouera avec ce nouveau modèle à l’Open d’Australie.

Yonex est main­te­nant bien installée en France. Quelle est la remarque que l’on fait à propos de votre marque qui est la plus reva­lo­ri­sante pour vous et vos équipes ?
Celle concer­nant la qualité de fabri­ca­tion de nos cadres. Nous sommes l’une des seules marques qui possèdent ses unités de fabri­ca­tion. Cela a forcé­ment un coût, mais cela aussi permet de livrer des produits toujours de grande qualité sans être tribu­taires de sous‐traitants. C’est une vraie fierté. Et aujourd’hui cela est connu sur le marché, c’est un vrai avan­tage concur­ren­tiel aussi.