Accueil WTA La révolution est en marche

La révolution est en marche

-

Après une semaine de Roland-Garros, force est de constater la suprématie des pays de l’Est et surtout de la Russie. Pour autant on ne peut pas dire que cette nouvelle « révolution russe » soit des plus palpitante.

Après le départ de Justine Henin, l’élimination d’Amélie Mauresmo et des soeurs Williams, le tournoi féminin prend de plus en plus l’accent des pays de l’Est. Sur les 128 joueuses engagées dans le tableau principal de Roland-Garros, 52 viennent des pays de l’Est. Plus édifiant, 18 joueuses représentent la Russie sur la terre battue parisienne. En huitièmes de finales, sur les 16 joueuses présentent encore dans la compétition, 13 viennent de l’Est : cinq Russes, deux Tchèques, et deux Serbes. Ce qui au vue du classement WTA est logique puisque le top 20 compte 13 joueuses venant des pays de l’Est dont six Russes.

Pour autant, on ne peut pas dire que ce monopole favorise qualitativement le tennis féminin. Ces dames ont chacune un jeu à peu près similaire, stéréotypé, ce que Daniela Hantuchova elle même avait qualifié « d’école russe du fond de court » lors d’un entretien qu’elle nous avait accordé. Les jeunes joueuses de l’Est ne se contentent pas seulement d’inonder le tennis féminin, mais remportent aussi la palme du business off-court. Maria Sharapova avait ouvert la voie en devenant une VRP multi-cartes de luxe, désormais Ana Ivanovic pose pour FHM, Jelena Jankovic drague ses fans à base de shooting coquin sur son site officiel et Maria Kirilenko se la joue mannequin/styliste avec la très en vogue Stella McCartney pour les besoins de son équipementier.

On-court, il semble bien difficile de trouver une favorite parmi toutes ces joueuses de l’Est qui étouffent litteralement le tennis féminin. Seul Maria Sharapova, Ana Ivanovic et Jelena Jankovic semblent sortir du lot, talonnées de près par Elena Dementieva et Dinara Safina. Sans concurrence, elles pourraient encore dominer et asphyxier les tableaux féminins pour de très nombreuses années. Alors qui pour arrêter la révolution ?

Instagram
Twitter